Andrijano Dzeladin, une voix 100 % roms

Article publié dans le quotidien l’Humanité du 18 mars 2014

« Si je meurs demain, je sais que j’aurai marqué l’histoire des Roms ! » Dans son bureau du 19e arrondissement, juste égayé par le drapeau rom – deux bandes bleue et verte taguées d’une rosace rouge –, Andrijano Dzeladin, trente-trois ans, se dit fier d’avoir donné aux Roms leur média, une « fenêtre vers la démocratie ». « En diffusant l’information, je rends service à l’État et à la Communauté européenne », ajoute ce Rom de Macédoine, arrivé à Paris dans les années 2000.

Ce grand brun aux cheveux gominés reconnaît que ses moyens ne sont pas à la hauteur de sa volonté de promouvoir la culture rom. Pour le moment, sa chaîne, Sutka City TV, diffuse exclusivement en romani. Mais Andrijano espère obtenir des subventions pour des programmes de soustitres, en fonction du pays de diffusion. « De nombreuses chaînes sont subventionnées par leurs États mais nous, nous n’avons pas d’État. C’est donc l’Europe qui doit nous financer, au même titre qu’Euronews », poursuit-il.

Andrijano Dzeladin

Journaliste de formation, cet homme déterminé avait déjà créé une radio musicale rom en Macédoine. « Arrivé à Paris, j’ai appris le français en trois mois, puis je me suis mis à travailler pour économiser. » Il raconte sans amertume avoir mis un masque pour travailler. « En tant que serveur, je manipulais les cartes bleues… alors je ne disais pas que j’étais rom, mais plutôt “macédonien” ! » Rapidement, le nouveau francophone se rend compte, par les médias, de la réputation qu’ont les gens de sa communauté. « C’est vrai : il y a des voleurs, des prostituées, des mendiants… mais ce n’est pas que chez les Roms. » Il décide alors de créer une chaîne de télévision. En dix jours, Andrijano rédige un dossier de présentation de 18 pages. Il contacte les opérateurs français mais un seul, Free, lui accorde dix minutes pour convaincre. « L’homme qui m’a reçu m’a demandé si les Roms avaient l’ADSL dans leurs caravanes. Je lui ai répondu que nous étions 800 000 sédentaires en France, et des millions en Europe. » Andrijano, qui n’a lui-même jamais mis les pieds dans une caravane, estime avoir fait avec l’opérateur ce qu’il espère vis-à-vis de tous les Français : rétablir la vérité sur sa communauté. Sa persuasion lui permet de signer un contrat dans la journée. Le 19 septembre 2012, Andrijano demande à sa femme, sur le point d’accoucher, de « se débrouiller » puisque, le même jour, Sutka City TV sera lancée. « Ma fille avait sa mère, mais ma télé n’avait que moi », justifie le jeune homme.

Depuis le 6 mars dernier, la chaîne 100 % rom est disponible sur le satellite : tous ceux qui ont une parabole peuvent désormais la regarder. Elle diffuse surtout de la musique, mais aussi une libre antenne où les téléspectateurs parlent des sujets qui les concernent. Aujourd’hui, de nombreux médias s’intéressent à l’aventure d’Andrijano Dzeladin. Les mêmes parlent souvent des 17 000 Roms présents dans les bidonvilles. Mais Andrijano ne leur en veut pas : « Ils font leur travail, et m’avouent d’ailleurs être contents de pouvoir parler des Roms positivement grâce à ma télé. »

Il dénonce en revanche certains propos de la classe politique. Car pour que les Français acceptent les Roms, « il faut que l’État commence par donner l’exemple ».

La Sutka City TV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s